Livraison offerte à partir de 75€ d'achat

Autoire

       

Classé « Plus Beaux Villages de France », Autoire est situé dans un cirque naturel en bordure des falaises du Causse de Gramat.

Son histoire, longue de huit siècles d’existence, est reliée avec les guerres de religions. Autrefois lieu de villégiature apprécié des notables de Saint-Céré, le village fut surnommé le "Petit Versailles". Autoire existait déjà au Haut Moyen-Âge, la plus ancienne mention du village date de 895, dans le cartulaire de l’abbaye de Beaulieu. Elle rapporte qu’un certain Casto céda diverses possessions à l’abbé de Beaulieu. Il est possible que le site ait été habité encore plus tôt, à l’époque des Francs et des Mérovingiens, quand les habitants se réfugiaient dans des grottes fermées par un mur de pierre, tel que celui qu’on peut encore voir à la Croze de la Roque d’Autoire. 

Incontournables

1 - La cascade d’Autoire

Le village est traversé par l’Autoire, un ruisseau qui rejoint la Bave avant de se jeter dans la Dordogne. 

2 - Le Château des Anglais « Roque d’Autoire »

Vestiges de maçonnerie d’une forteresse semi-troglodytique, il domine la vallée de 50 m. Dispositif défensif et lieu de refuge occasionnel, il est bâtit au début du XIIIème siècle par le baron de Gramat Hugues de Castelnau. Au cours de la seconde moitié du XVème siècle, les seigneurs d’Autoire y ajoutent une haute tour à mâchicoulis, avant que les protestants ne s’en emparent pendant les guerres de Religion. A la grande époque du château, la forteresse présente une façade de 200 m de long sur trois niveaux et quatre tours (actuellement 28 m de long sur 2 m de large au plus). A l’abandon et à l’état de ruines, le site a connu une campagne de restauration en 2013.

3 - Le château des Peyrusse de Banze (privé, pas de visite)

Château seigneurial bâti au XIIIème siècle sur l’emplacement de l’ancien Castrum et remanié après la guerre de Cent Ans, il fut converti  au XIXème siècle en mairie-école. Il abrite maintenant la salle des fêtes et la mairie du village.

4 - Le château de Limargue (privé, pas de visite)

Simple demeure au départ, il fait l’objet d’ajouts lorsque le sieur Lafon fut fait Chevalier par le roi Charles VIII, et obtint ainsi le droit de construire tours et mâchicoulis. La porte au bas de la tour est ornée d’un arc torique sculpté en accolade, typique de la fin du XVème siècle. La seconde tour, plus imposante, servait de tour de défense.

5 - Le manoir de Busqueille (privé, pas de visite)

Édifice du XVIIème siècle, la bâtisse a été remaniée et mise au goût du jour fin XVIIIe. Très joli pigeonnier avec couverture en lauzes, caractéristique du Haut Quercy.

6 - Le manoir Laroque-Delprat (privé, pas de visite)

Propriété d‘une famille bourgeoise depuis 1605, il présente toutes les caractéristiques du XVIIème siècle : plan en L articulé autour d’une cage d’escalier, grandes fenêtres, lucarnes à fronton surmontées de boules.

7 - Eglise Saint-Pierre

Edifice roman reconstruit fin XIème début XIIème siècle et fortifié vers la fin de la guerre de Cent-ans, elle présente un important décor sculpté

8 - La Chapelle Saint-Roch

Couverte d’une voûte en berceau brisé et lauzes calcaires, elle est ornée de peintures murales très dégradées du XVème siècle. Saint-Roch était le patron des pestiférés, et au début du XXe siècle on venait y bénir les troupeaux.

9 - Fontaine aux dauphins

Située sur la placette au centre du village, elle date de 1860 et a été érigée grâce à une souscription publique.

10 - Le Manoir de Colomb (privé)

Date vraisemblablement de la fin du XVIIe siècle. Toiture à la Mansart, lucarnes à fronton triangulaire et épis à boules affirment la richesse des propriétaires. Parmi les personnalités qui ont vécus dans ce manoir, le Chevalier de Colomb, garde du corps du roi Louis XVI en 1777.

11 - Château Roque-Maynard (privé)

Belle demeure à poivrière, elle a appartenu au poète François Maynard (1582 – 1646) qui s’y réfuge pendant l’épidémie de peste qui ravagea la région.

Carennac

Situé au cœur de la Vallée de la Dordogne dominant la rivière, Carennac est l’un des Plus beaux Villages de France. 

Le site est occupé depuis la période gallo-romaine. Mais c’est à partir de la fondation du prieuré en 1047, que l’abbaye de Cluny qui en fit la renommée.

Après une longue période de prospérité, le bourg monastique est ravagé par la Guerre de Cent Ans. Il est reconstruit à la fin du XVème siècle dans le style art nouveau de la Renaissance dont le Château des Doyens en est un exemple.

       

Incontournables

1 - L'église Saint Pierre du XIème et son tympan sculpté

Edifiée à la fin du XIème siècle, l’église est célèbre pour son tympan roman et sa mise au tombeau gothique. Le portail de l’église primitive porte des chapiteaux sculptés ornés d’animaux fantastiques, de palmettes et d’entrelacs.

2 - Le cloître mi-roman, mi gothique-flamboyant

3 - La salle capitulaire avec une Mise au Tombeau du XVème 

4 - L’île Calypso

La légende raconte que Fénelon y aurait écrit son traité d’éducation « Les Aventures de Télémaque » à l’attention du petit-fils de Louis XIV.

5 - Le château des Doyens

Datant de la Renaissance, le plafond peint date du XVIIème siècle. Le château accueille sur 4 niveaux l’Espace Patrimoine, et propose plusieurs expositions présentant le patrimoine et les paysages du territoire.

Le Pays d’art et d’histoire de la vallée de la Dordogne propose des animations gratuites toute l’année et organise en saison estivale des visites guidées avec des guides-conférenciers agréés par le Ministère de la Culture.

Loubressac

       

Surplombant trois vallées - la Dordogne, la Cère et la Bave - Loubressac est l'un des « Plus Beaux Villages de France » de la Vallée de la Dordogne, classé depuis 1983. Son panorama exceptionnel permet d’admirer les châteaux de Castelnau, de Montal et les Tours de Saint-Laurent.

Le premier Loubressac est situé au lieu dit l'Eglise Basse. Il est transféré au XIIIème siècle sur la plate-forme qui domine la vallée de la Bave.

Suite aux destructions pendant la Guerre de Cent Ans, le bourg se réfugie au XIVème siècle à l’abri des fortifications du nouveau château au sommet du promontoire.

Le village, repeuplé au XVe siècle par des Auvergnats et des Limousins, connaît alors une époque prospère jusqu’au XVIe siècle, lorsque les guerres de Religion mettent fin à cet essor.

Menacé par l'exode rurale au XIXè siècle, Loubressac est redevenu un village vivant grâce à l'effort de ses habitants et aux amoureux des belles pierres.

Incontournables

1 - L’église Saint-Jean-Baptiste

2 - Le château (propriété privée,  pas de visite)

3 - Le pont de Maday

Classé Monument Historique, ce pont voûté à trois arches est le plus ancien de la région. Il enjambe la Bave, et se situait sur le « Cami Roumieu », chemin des pèlerins qui partaient de Clermont-Ferrand ou du Puy en Velay pour se rendre à Rocamadour.

4 - Les hameaux riches de Petit Patrimoine Bâti : fontaines, fours, lavoirs ...


Anecdotes

Loubressac est le lieu de l'un des plus importants parachutages de la seconde guerre mondiale. Il se déroula sur le plateau de Loubressac le 14 juillet 1944. Environ 500 conteneurs permirent la distribution de 110 tonnes d’armes aux Maquis du Lot.

Le célèbre film « Quelques messieurs trop tranquilles » de Georges Lautner y fut tourné à Loubressac en 1972.
L'histoire du film : Le petit village de Loubressac vit dans la tranquillité et espère voir débarquer des touristes. Un jour, une bande de jeunes hippies débarque et s'installe sur les terres de la comtesse. Un meurtre est commis au village et tous les soupçons se portent sur les hippies. A sa sortie de prison, Gérard, qui a appris que les hippies étaient sur son domaine, tente de les chasser...